Conditions-cadre pour une économie verte

Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) s’engage pour une « économie verte » (green economy), qui garantisse une croissance économique durable et la prospérité, y compris pour les géneérations futures, grâce à une activité économique respectueuse de l’environnement. Il s’agit d’empêcher des effets négatifs sur l’environnement et les écosystèmes, effets susceptibles de se répercuter sur la performance économique.

L’accroissement démographique et l’industrialisation rapide des pays émergents nourrissent l’inquiétude qu’une destruction rampante de l’environnement ne menace la production des denrées alimentaires, que la demande mondiale de matières premières n’épuise les gisements de minerai et que les émissions effrénées de CO2 n’entraînent des dommages irréversibles.

Le SECO propose trois directives pour mettre en oeuvre l’économie verte :

  • ménager les bases naturelles de la vie et utiliser durablement les ressources qui préservent la diversité biologique, la fertilité des sols, les forêts, les stocks de poissons et la fonction de puits de CO2 que remplit la nature;
  • recycler les déchets de matières premières et créer des cycles de matière secondaires qui contribuent considérablement à une diversification et par conséquent à une sécurité d’approvisionnement accrue;
  • substituer aux agents énergétiques fossiles les énergies renouvelables, qui présentent geéneéralement, contrairement aux ressources épuisables, un très bon bilan de CO2.

Le rôle de l’Etat consiste à corriger les défaillances du marché au moyen d’instruments efficients. A cet effet, il doit:

  • créer des incitations d’économie de marché répondant au principe de cau-salité et à la vérité des coûts (p.ex. par des impôts ou un système de commerce des émissions);
  • promouvoir la recherche fondamen-tale, sans privilégier certaines technologies, dans le domaine de l’utilisation efficiente des ressources et dans toutes les disciplines scientifiques;
  • éliminer les asymétries d’information existantes grâce à la transparence du marché (p. ex. étiquetage) et à des indicateurs significatifs, tels ceux actuellement élaborés dans le cadre de l’OCDE.

Dans ce contexte, il faut concevoir les instruments de manière à éviter toute distorsion du marché. Dans la situation économique actuelle tout particulièrement, l’«économie verte» ne doit pas freiner la croissance, mais contribuer à une croissance durable respectueuse de l’environnement.

Fiches d‘information:

Secrétariat d’Etat à l’économie SECO Coopération et Développement économiques, Holzikofenweg 36, CH – 3003 Berne

Tel. + 41 31 324 09 10
E-mail info@seco.admin.ch
Internet http://www.seco-cooperation.admin.ch