Note technique Economie verte - agriculture

mardi, le 29 mai 2012

Le secteur agroalimentaire est une composante essentielle de l’économie verte. Pour répondre aux nouveaux défis planétaires, notamment l’accroissement de la population mondiale et l’épuisement des ressources naturelles, les systèmes agroalimentaires devront « produire plus avec moins ». Ils seront aussi plus résilients pour mieux répondre aux variations climatiques et à la volatilité des marchés. Ils contribueront au développement des régions rurales et des montagnes, en assurant la base des activités économiques de ces régions. 

Dans le cadre de la Conférence des Nations Unies pour le développement durable (RIO+20), l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) a apporté des propositions concrètes au document qui sera adopté à RIO+20, en se basant notamment sur la politique agricole suisse et sa vision stratégique 2025, mais aussi sur son engagement international en particulier avec la FAO. Les points principaux défendus par la Suisse sont :

1.     Développer une vision commune pour les politiques agricoles et renforcer leur convergence grâce au Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA).

Même si les situations diffèrent entre pays développés et pays en voie de développement, toutes les politiques agricoles devraient partager une vision commune : celle de développer des systèmes agro-alimentaires efficients, durables et résilients, qui permettent de garantir la sécurité alimentaire pour tous, de préserver la disponibilité et la qualité des ressources naturelles et d’offrir des conditions de vie acceptables pour les agriculteurs et la population rurale. Le CSA, en tant que plateforme internationale et intergouvernementale traitant de la sécurité alimentaire et de la nutrition, est la structure appropriée pour renforcer la convergence des politiques et assurer la mise en œuvre des décisions prises à RIO+20.

2.     Repositionner l’agriculture durable comme un élément central de l’économie verte pour le développement durable, la lutte contre la pauvreté et la sécurité alimentaire.

L’agriculture englobant au sens large le secteur agro-alimentaire est, au niveau mondial, le secteur économique le plus important en termes d’emplois et d’utilisation du territoire et des ressources naturelles. Elle a été et reste le moteur du développement de nombreux pays. L’agriculture durable et le secteur agro-alimentaire ont une influence importante sur les trois dimensions du développement durable et sont par conséquent un secteur économique essentiel de l’économie verte

3.     Renforcer la résilience (stabilité) des systèmes agro-alimentaires et l’adoption de pratiques durables.

Pour augmenter la résilience économique, sociale et environnementale des systèmes de production agroalimentaires, il s’agit de renforcer la transparence des marchés, de maintenir la biodiversité, la qualité et la disponibilité de l’eau, la quantité de terres dédiées à l’agriculture et leur fertilité, notamment en instaurant des systèmes pour rémunérer les prestations environnementales des agriculteurs. L’accès aux ressources de production, en particulier aux terres et à l’eau, ainsi qu’aux moyens financier pour les femmes et les petits producteurs agricoles sont des éléments important pour renforcer la résilience des systèmes de production. Les pratiques durables doivent permettre une utilisation plus efficiente des ressources naturelles, la réduction des pertes après-récolte et du gaspillage alimentaire.

Présentation de François Pythoud (pdf), Responsable du Secteur agriculture durable internationale.

Renseignements: François Pythoud, Responsable du Secteur agriculture durable internationale, tel. 031 323 44 45